La monétarisation à hauteur de € 17.000 milliards des dettes financières spéculatives relevant de la criminalité financière des dérivés titrisés a été possible de 2008 à 2020 sans que l'on n'en connaisse à ce jour la fin et en pérennisant puis en renforçant ce système de flux financiers sur les dérivés titrisés qui en est l'origine. Cette monétarisation des pertes des banques est assimilée comme un phénomène normal de société et elle est aussi totalement accompagnée d'une agréable phénoménologie de plaisance qui est passée dans le langage vernaculaire sans avoir eu à briser de gestes barrières. Aujourd'hui, elle est devenue si banale que plus personne n'en parle. Et si l'on en parlait tout de même on ne cite toujours qu'un seul des ces plans de "sauvetage" des banques de 2800 milliards d'€ alors que dès le 6 juin 2012, le Commissaire européen au Marché intérieur Michel Barnier avait informé dans un communiqué de presse que "le sauvetage des banques a coûté 37% du PIB européen au contribuable ou 4500 milliards". Cette monétarisation de la tare spéculative des banques est devenue une vérité de base consubstantielle du temps et du devenir de tout un chacun qui n'a même plus à être renouvelée par un credo quotidien récité avant la prise de sa tartine sérologique. Cette monétarisation des pertes des banques systémiques est le plus grand confinement mental dans lequel se sont glissés comme dans un gant tous les européens main dans la main. La BCE est tout autant une bad-bank privée depuis 2008 en totale violation de ses statuts. Celui qui le dira sera un infecte infecté, corrodé par l'ingratitude par dessus le marché.

En avril 2020, la monétarisation des dettes publiques légitimes dues à cet Armageddon du Covid est refusée aux États par la Commission de Bruxelles et l'Euro-Groupe qui ne sont que des déclinaisons à l'échelon européen des politiques nationales. Cherchons le virus là où il est, dans les muqueuses nationales. Le Parlement Européen n'a aucun pouvoir, mais se plait, grâce aux abstentions aux élections européennes de 57% des électeurs inscrits, à se confiner dans la dualité de son impuissance et de sa bavardalité. La nationalisation des pertes abyssales des banques a été possible en réalisant depuis 2008 le plus grand hold-up de toute l'histoire sur les économies nationales des pays, mais les dettes légitimes contractées par les États-Membres de l'UE sur les marchés financiers pour relancer leurs économies bloquées à cause du Covid doivent profiter aux marchés financiers selon la BCE et la Commission de Bruxelles. Ce paradoxe qui ne démange personne remonte au Pacte de Dublin fondateur de la BCE et de l'€ qui interdit de financiariser les dettes publiques <<< Je vous conseille vivement de vous informer sur ce Pacte de Dublin dont j'avais fait l'analyse le 24 janvier 2007. Mais ce paradoxe des marges de manœuvres de la BCE n'est pas un mensonge, il est le socle de l'Europe Unie qui n'est dans l'esprit et dans les faits qu'une AELE élargie, à l'image de cette Association Européenne de Libre Échange créée par les anglais. Ce n'est pas pour rien que je suis l'inventeur de la formule >>> I want my Europe back qui n'a rien à voir avec tous les propos nationalistes, xénophobes et racistes de certains souverainistes français. Dans le cas de la compensation des pertes spéculatives irrécouvrables des banques ou de la compensation des dettes légitimes et imprévues des États dues au Covid, il s'agirait strictement du même instrument à activer: la planche à billets, la Helikopter Money. Mais les 540 milliards d'€ concédés en prêts à rembourser aux États Membres dans la cadre du Covid-19 ne correspondent qu'à 3,2% des € 17.000 milliards qui ont été offerts gratuitement, sans contre-partie, par la BCE aux banques privées pour compenser leurs dettes spéculatives in-finies dans cette logique de la théâtralité libérale de cette Europe Providence Bancaire. Ce Quantitative Easing a été dès le début en 2008 un Quantitative Cheating par dessus nos têtes.

Un débat sur l'interdiction et l'illégitimité de la financiarisation de la dette publique des États est toujours incroyablement et immédiatement ravivé en Europe comme dans ce cas du chaos et du shut-down économique dus au Covid-19, mais ce débat est absolument exterminé sans pleurs ni fracas quand il s'était agi de faire cadeau aux banques de 17.000 milliards d'€ pour renflouer leurs pertes dues à ladite crise des subprimes de 2008, qui ne cessent encore 12 ans après en 2020 de s'alourdir et de se révéler, et de se renouveler dans de nouvelles spirales spéculatives et spoliatrices. Depuis cette année-Lehman 2008, les banques systémiques ne sont jamais ressorties de la faillite technique dans laquelle elles se trouvent toutes. Faut-il rappeler que l'un des fondateurs de l'Europe est Jean Monnet, qui avait été actif dans la contrebande sous la Prohibition aux USA, qui avait été un négociant raté en cognac, et... qui avait lui-même conduit dans son passé en Indochine et en Chine pas moins de trois fois des banques à la faillite quand il en était le directeur? (Lire mon comment n°2 plus bas)

Dans ce programme commun contre la financiarisation des dettes des États, la mémoire sélective des nations révise toujours son histoire. L'Allemagne qui est contre cette financiarisation sort toujours sans vaciller l'argument nationaliste suivant: "il a fallu plusieurs décennies à la Prusse pour se sortir de la dette qui lui avait permis de faire la guerre contre les armées napoléoniennes. Il avait fallu plusieurs décennies pour que les créanciers aient eu daigné prêter à nouveau à la Prusse". Dans cette autoscopie, l'Allemagne occulte la partie de son histoire quand elle a été réanimée jusqu'à la fin des années 70' par les dizaines de milliers de $ qui lui ont été offerts par le Plan Marshall pour sortir de son chaos de 39-45. Chaque nation cultive ses mythologies amoureuses et guerrières en fonction de son parl'être qu'elle se donne dans des immédiatetés à gérer ou à contourner. Chaque nation ne se rend pas compte qu'elle se confine délibérément dans son propre mensonge culturel et/ou d’État. Raison d’État / Mensonge d’État. Ledit "Devoir de Mémoire", surtout celui d'après 1945, n'a servi en réalité à chaque nation qu'à se construire une nouvelle mythologie appropriée et agréable pour le temps immédiatement présent et qu'elle se projette dans un futur circonstanciel. Il avait fallu attendre les années 80 pour que la France commence à analyser et juger sa collaboration de Vichy avec les nazis, mais elle n'éprouve aujourd'hui pas de gêne à collaborer activement au Yémen à la plus grande catastrophe humanitaire des tous les temps et à avoir une industrie dont plus de 50% sert l'armement et les guerres. Chaque nation a sa dose de crimes perpétués sur son propre parcours des délices. La France annule jusqu'en août tous ses festivals, ses fêtes, ses commémorations. Quelle nouvelle autoscopie de compensation va surgir de ce programme d'amnésiation collective qu'elle se décrète? La vente du muguet le 1er mai sera interdite. La Lutte des Classes s'est faite sans nous et par-dessus nos têtes depuis les années 80'.

Dans cette Europe Providence Bancaire, tous les plans gouvernementaux d'austérité et la Règle d'Or européenne, destinés à assécher États et services publics et à rediriger vers les marchés financiers les moyens financiers restants des économies nationales et européennes, devaient faire croire à l'effet de ruissellement. Il fallait confiner chaque individu dans une douche herméneutique avec à la pomme les résonances de cet effet de percolation, de trickle-down, qui n'est jamais venu depuis 2008. Cette gigantesque compensation financière de la BCE de 17.000 milliards d'€, ajoutée à toutes celles données séparément et tout autant gratuitement par les banques centrales nationales face à la poursuite de la destruction des actifs pourris, toxiques et irrécouvrables des banques, n'a que été, en appauvrissant tous les pays, détournée par les marchés pour décupler la spéculation financière au lieu de réanimer et de redonner vie à l'économie réelle et de lancer le Green New Deal.
La croissance n'a été que viralement et pandémiquement appauvrissante.

En même temps, comme en France aux élections P&L 2017 et européennes du 26 mai 2019, les électeurs inscrits se sont payés le luxe tout concret d'une abstention record à 57% en restant sagement confinés à la maison ou sur la berge de leur petit étang conforme à leur petite jauge de poche. Les électeurs inscrits ne sont ni victimes de la pandémie spéculative ni de la pandémie infectieuse, mais sont coresponsables à part entière de la morbidité incontournable du temps et du devenir qu'ils se tracent.

Pour développer une réponse immunitaire collective contre ce virus de la théâtralité libérale et du fascisme élégant il faudra Occupy the WordS et aller massivement aux urnes pour réanimer l'essence humaine en respect de l'inédit de l'humanité. Le confinement de tous a montré que l'inédit de l'humain fait des diversités culturelles classifiées un simple leurre destiné à supplanter l'autre méprisé sur un territoire de la terre qui appartient aux cieux. L'aubaine du Covid-19 n'est pas vaine et dépassera Friday For Future. L'alternative politique, démocratique et parlementaire pour un avenir en commun existait en 2017 et en 2019. On n'a plus besoin de Marx pour être à gauche, planète oblige. Les électeurs inscrits ont transformé la mort naturelle en mort humaine dispendiée. Après avoir dévisagé les urnes en 2017 et 2019, 100% des éjecteurs inscrits évaluent avec leurs enfants en 2020 leur plasticité devant le mort qu'ils se sont léguée de bonne foi et tentent leur réanimation qui en l'état est volée puisqu'ils cherchent la faute en dehors d'eux pour préparer une guerre de compensation... contre eux-mêmes. Les électeurs inscrits se sont dispensés du moindre des gestes barrières contre le Dumping Humain organisé par notre système politique et européen et économique et bancaire et militaire. La démocratie à la française a été le Tous-des-Charlie, puis elle applaudit à 20h tous les soirs les soignants, mais ne sort toujours pas réanimée. Elle s'enfonce dans des bassesses et nous ne sommes qu'au début. Dans d'autres billets j'ai appelé ceci on-line depuis le 06 VI 06 le fascisme élégant, sans sniper ni prime au cadavre.

La mythologie amoureuse du ruissellement par les bas a conduit les électeurs inscrits directement en 2020
à la fosse commune en passant par le frigo à cadavres du marché de Rungis, le plus grand marché des produits frais au monde.
A l'occasion du confinement qui lui est imposé, l'homme ne saisit pas qu'il s'est de lui-même confiné depuis les années 80' dans le mépris de l'autre et l'immédiat.
La nouvelle démarche épistémique de notre nouvelle hypermodernité asceptique dirige la conscientisation de la population qu'il faut s'habituer à "la nouvelle normalité" en réduisant les contacts humains.
Mais les électeurs inscrits ne conscientiseront pas qu'ils se sont soumis de plein gré depuis les années 80' à la normalité du mépris humain et qu'ils ont eux-mêmes accueilli à bras ouverts
le dumping humain de le théâtralité libérale dans laquelle ils croyaient tous avoir un rôle et le droit d'en parler dans leur espace défini qu'ils voyaient généreux et sans limite.
Un corps sain dans un esprit malsain, telle sera la normalité de la nouvelle ségrégarité du prochain temps et devenir.
La politique va masser les corps avec les huiles essentielles pour mieux servir la consommation de masse.
Le spéculateur utilisera avec encore plus de bonheur son inhalateur à dividendes.
Et on ajoutera des morts debouts aux morts couchés.

Et depuis 2008 la bulle spéculative sur les titrisés, que j'appelle éoliens, est aussi passée de $ 700.000 milliards à $ 900.000, ce qui a induit un PIB fictif, furtif et d'initiés et qui a fait croire à une "croissance" économique aux gouvernementaux infectés et à leurs morbides influenceurs symptomatiques qui font ruisseler leur technologie ethnocide sur toute l'humanité. Pour leur plaire, le 24 octobre 2017 la Commission Européenne avait enterré les propositions pour une Directive sur la Réforme de la Structure des Banques et du "too-big-to-fail". Selon le FMI 90% des flux financiers ne servent qu'à alimenter la spéculation financière des produits financiers titrisés strictement sans lien avec l'économie réelle, tant que cette spéculation ne se soit pas acculée à la faillite, ce qui arrive toujours.

Les nouvelles règles prudentielles Bâle III de contrôle et de réglementation des banques et des flux financiers fixées après l'année-Lehman 2008 et qui ont toujours été prorogées par d'interminables tergiversations jusqu'à aujourd'hui, préconisaient que chaque banque systémique aménage un fonds propre réglementaire de 9%. Les banques systémiques, toujours en faillite techniques depuis 2008, n'ont quasiment pas relevé le taux de ces fonds propres réglementaires destinés à les rendre plus solides et à leur permettre d'éliminer par elles-mêmes les crédits pourris, toxiques et irrécouvrables. Les scénarios de la doctrine allégorique des stress-tests des banques qui ont été cycliquement mis en œuvre en grandes pompes en faisant sonner le plénum avec surtout une gigantesque communication dans les médias n'ont été destinés qu'à masquer la comorbidité incurable des banques qui les infectent depuis 2008 et à organiser le blanchiement de leur faillite technique. Mais si la pusillanimité des superviseurs et des régulateurs a permis aux banques systémiques depuis 12 ans de ne pas assainir leur situation comptable, ils ont été extrêmement rapides avec ce Covid-19 et en seulement quelques petites semaines, ils les ont informées qu'ils desserraient l'exigence des fonds propres réglementaires "pour leur permettre d'accompagner et de stimuler la relance". Les banques systémiques, qui sont toutes universelles (banque de dépôt-investissement en nom propre-assurances) malgré les préconisations de démantèlement de Bâle III de la Banque Internationale des Règlements domiciliée à Bâle, pourront donc encore plus surgonfler la bulle spéculative sur les titrisés dérivés.

Les banquiers comme le président de BNP Paribas sont résolument contre la monétarisation des dettes publiques légitimes destinées  à relancer l'économie après le Covid-19, car selon elles "il faudrait changer les Traités européens". C'est juste, le Pacte de Dublin et le Traité de Lisbonne interdisent à la BCE le financement des dettes publiques des États-Membres. Mais ces directeurs des banques systémiques qui ont profité depus 2008 massivement des multiplies plans de Quantitative Easing de la BCE oublient juste de préciser que depuis 2008 la BCE viole ainsi ses statuts et qu'aucun pouvoir démocratique ne s'y oppose. De plus, les banques espèrent prêter aux États au taux d'intérêt du marché en s'appuyant sur la garantie de l'Union Européenne. Ces banques qui ont pratiqué la criminalité spéculative sont des vautours.

Revenons au H1N1 de 2009. On reconnaîtra ci-dessous dans mes deux extraits de 2009...

Mon allusion au H1N1 du 24 VIII 2009   >>>
Quand les agences de notation auront le courage de retirer le triple AAA aux USA et au Royaume Uni, nous seront très proches de la vérité.
Il faudra prendre des calmants ou lancer une peur planétaire comme celle de la pandémie de la fièvre du cochon H1N1 pour occuper le
cerveau reptilien, qui sera afféré à assurer la survie de l'individu et de l'espèce. Un zeste de taxe carbone là-dessus et hop, la France se bavardera d'elle-même.
Les banques ne se laisseront pas vacciner et "iront voir ailleurs"... c'est à dire se délocaliser dans des paradis irlandais ou londonien.
Telle est leur menace publique.
Le trader a besoin de ses dividendes, comme le citoyen a besoin de sa piqure.
Le premier ne peut pas vivre sans, le second ne peut pas mourir sans. Telle est la raison d'État.

Mon allusion au H1N1 du 20 XI 2009   >>>
Les banques engraissées par le bail-out de l'État Providence bancaire et par les trillions de monnaie à taux zéro prêtés par les banques centrales qui leur permettent le last carry trade of all the carry trades destiné à catafalquer l'épargne mondiale, deviennent le bras armé de l'État pour organiser la compensation belliciste sur le territoire. Un petit H1N1 là-dessus et le phylum humain sera régénéré sans adjuvants.

( note de bas de page: à l'époque on disait encore "prêtés" par la BCE, mais aucun remboursement n'a jamais eu lieu et n'aura pas lieu. En bon français on appelle ceci "la dette perpétuelle" ou "l'annulation de la dette" ou "l'argent magique". A cause de l'Europe catallactique du Traité de Lisbonne et du Pacte de Dublin la dette perpétuelle est aménagée massivement pour les banques en faillite technique depuis l'année-Lehman 2008 à cause de leur satanée morbidité pandémique des produits financiers dérivés titrisés. Mais elle est refusée aux États-Membres de l'UE et de la Zone-Euro qui doivent chercher leurs légitimes liquidités sur les marchés financiers au taux d'intérêt élevé pour engraisser de l'autre côté les banques et pour faire face à l'Armageddon social et économique qui suivra au lock-down du confinement du Corona-Virus. I want my Europe back! )

--------------------

Il est connu que les petites gens ne profitent pas des produits financiers. A un bas niveau de bénéfice des entreprises correspond un niveau de salaire encore plus bas.
A partir de 2003 la part des richesses dans le PIB français créées par les produits financiers spéculatifs dépassait la part de celles produites par l'activité industrielle et était de 55% contre 45%.
Selon l'OFCE, le niveau moyen de bénéfice des entreprises françaises est en 2020 toujours inférieur à celui de 2007 et se trouve derrière celui de l'Allemagne, de l'Italie et de l'Espagne.
Les investisseurs privilégient en France dans le monde économique et dans les Grandes Écoles de Management la financiarisation à l'entreprenariat qui est regardé de haut.
Au niveau international le management français est partout pris en exemple et comme modèle pour sa capacité à organiser le lean-management et la financiarisation.
Combien de fois ai-je répété à mes étudiants à partir de 1992 que les entrepreneurs français ne savent même plus faire leur travail.
Depuis 2008 il n'y a pas eu de croissance économique. La France est la lanterne rouge de l'Europe.
Le taux de productivité en France est le 1er en Europe et dépasse celui de l'Allemagne.
Le pari du freluquet de l’Élysée de mener la France comme une start-up n'est qu'un fiasco ajouté au fiasco français.
Les bénéfices des entreprises sont extrêmement bas en France malgré les 8,1% de chômage et les 7,5 millions de Travailleurs précaires.
Il y a eu stagnation des bénéfices des entreprises malgré les baisses successives de l'impôt sur les sociétés, malgré la manne de plus de 140 milliards du CICE - Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi
et malgré les milliers de milliards de rachats par la banque centrale nationale et par la BCE depuis 2008 de leurs dettes pourries, toxiques et irrécouvrables dues à leur spéculation sur les produits financiers dérivés titrisés.

On peut manifester son #PlusJamaisCa en ligne. Je me suis exprès inscrit sur twitter pour le faire
alors que j'ai horreur des réseaux sociaux mis à part LinkedIn où je suis mes anciens étudiants de M5 et de Master Grande École.

(pix: - exposition sur "La Classe morte" de Tadeusz Kantor au Cricoteka, Cracovie, 2016
        - Chepstow Castle, Wales, 2006
        - autoscopie de confit d'oie, 21 IV 2020
        - étude pour Madame Finck, 1980)